Transmédia « Les Voies d’Aliénor » : expérimentation pédagogique en classe de 5ème

Depuis la rentrée, le jeu Transmédia lancé par l’équipe MédiaNUM sur « Les voies d’Aliénor » est en phase d’expérimentation en classes de 5ème et de seconde. Le projet pédagogique (EAC et EMI) porte sur le mariage d’Aliénor d’Aquitaine : objet d’une narration augmentée en vue de l’étude du thème «Avec Autrui : amis, familles, réseaux ». Il suscite la production écrite et médiatique des élèves à travers une variété de formes et de plateformes. Selon la définition de la narration du Transmédia (Mélanie Bourdaa, MICA), il encourage la participation de l’audience, intègre une mécanique du jeu et crée une expérience.

Afin de mettre de le mettre en place au sein de la classe de cinquième retenue deux prérequis ont été nécessaires : la création d’un univers narratif cohérent avec le choix de l’épisode du mariage d’Aliénor dans la cathédrale de Bordeaux en 1137 et la mise en place d’une démarche collaborative. Les élèves ont du adopter une posture active afin de multiplier les formes de médias numériques dans leurs productions : cela impliquait donc la prise en charge du projet par les élèves et pas uniquement par le professeur. D’autre part, afin d’encourager la participation de lecteurs, nous avons décidé, lors de la journée de formation proposée par Educanum, de correspondre via un blog avec les élèves de 6e de Mme Fouillade, professeure de Lettres classique au collège de Mios. Ainsi, durant toute la période de travail de décembre 2017 à fin janvier 2018, les deux classes ont alimenté tour à tour le blog de leurs productions sur un thème commun afin de créer une plateforme transmédia (https://spark.adobe.com/page/HCN0WMcevHp9t/).

Une étape préparatoire a été nécessaire afin de déterminer les bons usages du numérique et du blog en lien avec l’EMI, Education aux Médias et à l’Information, en collaboration avec la professeure documentaliste du collège. La collecte des autorisations de diffusion signées par les parents d’élèves sont des documents indispensables lorsque l’on met en place un projet numérique dans une classe de collège. Puis, à l’aide du professeur d’Histoire, le contexte historique a été expliqué (recherches et lectures documentaires). Enfin, il fallait trouver le moyen de créer un public et une attente chez ce dernier. C’est lors d’un débat dans la classe que les élèves ont choisi de créer des affiches à placarder dans différents lieux du collège retenant un slogan et indiquant l’adresse du blog. Il ne fallait pas trop en dévoiler afin de préserver le mystère tout en suscitant la curiosité. Après la réalisation d’un brouillon manuscrit sur format A3, les élèves en groupes libres ont utilisé les logiciels en ligne Picktochart, Canva et Crello afin de réaliser leur affiche en respectant les critères prédéfinis auparavant par la classe et consignés par le professeur sur une fiche-mémoire. Comme le projet se trouvait inscrit dans le cadre du parcours d’Education Artistique et Culturel de l’élève, aussi une rencontre sensible semblait-elle indispensable. Une sortie dans Bordeaux a été alors organisée en janvier avec le professeur d’Histoire afin que la classe découvrir in situ les lieux emblématiques du mariage d’Aliénor : la cathédrale Saint André ou le palais de l’Ombrière dont les élèves de Mios avaient soulevé l’importance dans leurs productions. Partir à la recherche des traces de cette époque dans la ville a suscité leur motivation : prendre des photos à l’aide de tablettes. Une fois toutes les informations collectées et rassemblées, chacun a pu, lors d’une discussion collective, proposer ses idées d’exploitation documentaire sur le blog. Certains ont proposé des mots croisés, d’autres des photos retravaillées, d’autres encore des jeux de memory… A partir des souhaits énoncés et leur faisabilité, des groupes de travail ont été créés. Les productions ont d’abord été écrites au brouillon (choix des photos, rédaction des textes, création des énigmes) puis finalisées en salle informatique à l’aide des logiciels en ligne Genial.ly, Thinkling ou Learningapps. Ainsi, à partir d’un corpus de documents divers et de leurs connaissances nouvellement acquises, chaque groupe a cherché par la création de son jeu à montrer les traces d’un Bordeaux aujourd’hui disparu, celui du XIIe siècle. L’écriture de commentaires fut le dernier objectif pédagogique. La classe de Mme Fouillade a choisi de créer des productions sonores avec sa classe ; une séance a été consacrée à l’écoute puis à la rédaction sur le blog d’avis sur ces productions. Les élèves sont ainsi passés de créateurs à internautes lecteurs (public).

« Madame, est-ce que c’est dans le programme ? ». Voilà la question la plus posée dans les premières séances de travail et qui montre bien les résistances mentales à ce type d’expérience. Puis vient la fierté quand les élèves sont questionnés par les autres classes qui ont regardé le blog mais aussi lorsqu’ils montrent leur travail à leurs parents. Leur posture a changé : ils deviennent acteurs de leur apprentissage. Ils ne sont plus de simples élèves assis dans une classe répondant à une consigne du professeur. En vue de la mise en ligne sur le blog, ils doivent déterminer en amont les consignes de travail dans un but commun. Le professeur doit également effectuer un retournement : il n’est plus le seul décideur et doit faire confiance à ses élèves. Ce projet a donc permis d’apprendre autrement à écrire en diversifiant les formes de productions écrites et numériques. Le plaisir d’écrire est au cœur du projet : de la prise de notes ou de l’écrit intermédiaire lors des séances réflexives à l’activité créative. D’autre part, les compétences numériques développées ont pu rapidement être réinvesties par d’autres professeurs (en anglais, une collègue a fait produire des textes pour le blog) ou lors d’autres projets (créer une affiche pour le club « Permaculture » du collège, réutiliser les images augmentées lors d’un EPI). Un bilan tout à fait positif qui montre comment les élèves peuvent apprendre autrement et faire oeuvre collective dans un projet créatif et numérique.

Sandrine Lauseig, professeure en lettres, référente numérique et EMI, au collège Fontaines de Monjous, à Gradignan et Pascale Argod, PRCE à l’ESPE.

 

Pour approfondir :

A propos de Pôle Pi

Pôle Pédagogie & Informatique de l’ESPE d’Aquitaine