Poppy_humanoid_acrobat

PERSEVERONS : un espace de formation, de recherche et d’animation numérique pour l’Aquitaine

Le projet « PERSEVERONS »(PERSEVERance scolaire avec/par les Objets NumériqueS) proposé par l’université via l’ESPE, en réponse à l’appel « E-Fran » a été retenu dans les neuf lauréats de la première vague, sur la soixantaine de projets reçus.

Le projet Perseverons, porté par l’Université de Bordeaux, l’ESPE et la Délégation Académique du Numérique Educatif  au sein du rectorat de Bordeaux en ayant la responsabilité opérationnelle, réunit la MAPI, l’Inria, le Labri, l’IMS, le LACES, E3D, LIUPPA, LDAR, Techne, le MICA, l’ADIREM, l’IUT de Bordeaux, CANOPE, Aquitaine Robotics, Cap Sciences, Eirlab, plusieurs collectivités territoriales et de nombreux établissements, de l’école à l’université.

L’appel à projets E-Fran (Espaces de formation, de recherche et d’animation numérique), à la suite de la mission Monteil sur le numérique en éducation, s’inscrit dans le Programme d’Investissement d’Avenir 2. Il vise à soutenir des projets de transformation de l’Ecole sur des « territoires éducatifs d’innovation numérique » en prenant appui sur la recherche. Les projets sélectionnés l’ont été sur les critères de l’innovation, de l’inscription territoriale, de la précision des objectifs scientifiques et pédagogiques. L’université avec le Rectorat de Bordeaux, via l’ESPE, est lauréate de cet appel dans la première vague avec le projet Perseverons.

Ce dernier a pour objectif de mesurer l’efficacité réelle des technologies numériques dans l’enseignement pour améliorer la motivation et la persévérance scolaires, et, à long terme, diminuer le décrochage. Le projet propose d’analyser les effets réels de l’usage de deux types d’objets,

  • les robots -et l’alliance de créativité et de maîtrise des algorithmes-,
  • les tablettes -et les potentialités de développement de pratiques expérimentales et réticulaires-, en comparant les contextes scolaires et non scolaires des fablabs -et la co-création dans la réflexion collective et de la production collaborative-.

A partir de l’analyse de ces usages, un réseau de recherche et de formation doit se constituer sur la base d’échanges de données, d’expériences et de ressources pédagogiques, dans des espaces collaboratifs ouverts. Il s’agit de créer un écosystème autour d’équipes enseignantes et de laboratoires de recherche, des universités et des collectivités, des start-ups et des associations, dans un territoire particulièrement dynamique sur le terrain de l’informatique, de la robotique et de la cognitique, qui a déjà vu l’implantation de nombreuses expériences pédagogiques autour de la robotique.

Les équipes sont prêtes à avancer dans la mesure des effets réels des usages d’objets numériques sur la motivation et le devenir scolaire et social des élèves, dans une perspective qui prenne en compte les représentations, les imaginaires, les perceptions et les pratiques réelles. Le projet vise à fournir une méthodologie et des indicateurs précis de mesure à court, moyen et long terme. Les indicateurs seront mesurés auprès des élèves et étudiants ayant bénéficié d’actions ciblées sur les usages de ces objets numériques, mais aussi auprès des enseignants ayant participé à leur mise en oeuvre. La mise en place d’espaces et de réseaux collaboratifs de création pédagogique entre les établissements, l’ESPE, le Rectorat via la DANE, et les structures péri-scolaires sur la base d’activités identifiées autour des objets et dans des territoires variés, est un second volet du projet. La mise en synergie des différents lieux doit permettre à chacun des acteurs de réaliser sa mission dans l’espace matériel le plus adapté et l’espace numérique le plus ouvert possible, favorisant les échanges entre élèves.

 

 

A propos de Anne Lehmans

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication