Perrault, d’Aulnoy et la mode des contes de fées sous l’ancien régime


Conférence d’Anne Defrance, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 à l’IUFM d’Aquitaine le 12 novembre 2012

A la fin du XVIIe siècle, le conte de fées, jeu de société prisé depuis quelques décennies par les mondains du règne de Louis XIV, entre en littérature sous l’impulsion de Perrault, Mme d’Aulnoy, et d’auteurs essentiellement féminins.  Cette mode qui déferle sur la cour et dans les salons, séduira de nombreux adeptes au siècle suivant, y compris chez les philosophes, et quoique plusieurs auteurs s’adonnant à ce divertissement futile ne cessent de décrier cette nouvelle folie romanesque.On procédera à un tour d’horizon embrassant l’évolution du conte de fées littéraire de l’ancien Régime. Il s’agira de mettre à jour les enjeux esthétiques et idéologiques non seulement de textes devenus aujourd’hui des classiques car ils ont nourri l’imaginaire de nombreuses générations, mais encore d’autres peu connus, redécouverts par la critique.

Biographie :

Anne Defrance est maître de conférences en littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles à l’université Michel de Montaigne (Bordeaux 3). Ses travaux portent essentiellement sur le conte merveilleux classique. Elle dirige la revue Féeries (UMR LIRE-CRNS Grenoble3).

Après une thèse sur Les contes de fées et les nouvelles de Madame d’Aulnoy (1690-1698) : L’imaginaire féminin à rebours de la tradition, Genève, Droz, 1998, elle a produit divers articles sur les auteurs des XVIIe et XVIIIe s. (Perrault, Mmes d’Aulnoy, de Murat, Lhéritier, Mailly, Crébillon, Caylus, Mme de Villeneuve, Mlle de Lubert, Mme Leprince de Beaumont…) et a dirigé   les ouvrages suivants :

  • Féeries n° 3, 2006, Conte et politique.
  • Contes, Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 16, Champion, « Sources classiques », 2008 (contes de Pajon, Duclos, Diderot, Cazotte…) en collaboration avec J.-F. Perrin.
  • Regards sur l’enfance au XVIIe, A. Defrance, D. Lopez et F.-J. Ruggiu, Gunter Narr Verlag, « Biblio 17 », Tübingen , 2007.
  • Le conte en ses paroles – La figuration de l’oralité dans le conte merveilleux du Classicisme aux Lumières, A. Defrance et J.-F. Perrin, Desjonquères, « L’esprit des Lettres », Paris, 2007.

A propos de Pôle Pi

Pôle Pédagogie & Informatique de l’ESPE d’Aquitaine